entreprises

Selon les premiers résultats de l’enquête menée par le MEDEF Paris auprès des chefs d’entreprise, l’aménagement des voies sur berge affecte négativement l’activité des entreprises. Un résultat éloigné du bilan positif dressé par la Mairie de Paris en décembre dernier.

 

Neuf mois après le lancement de l’opération de l’aménagement des voies sur berges à Paris et au moment où un nouvel d’aménagement est envisagé avenue Foch, le MEDEF Paris a mené une enquête en décembre 2013 et janvier 2014 auprès de 1 000 entreprises parisiennes afin de mesurer l’impact de cette opération sur leur activité.

L’analyse des premiers résultats de cette enquête fait apparaître trois griefs principaux des chefs d’entreprise : le ralentissement de l’activité engendré par des conditions de circulation aggravées, les difficultés accrues de livraison et, plus grave, la contrainte de renoncer à certaines opérations.

Contrairement à ce qu’estime la Mairie de Paris, les chefs d’entreprise constatent une vraie dégradation des temps de parcours de leurs salariés, de leurs déplacements professionnels et des livraisons. La Mairie de Paris a annoncé en décembre un allongement allant jusqu’à 4 minutes sur 37 minutes pour l’itinéraire quai d’Ivry – quai d’Issy (rive gauche) et de 7 minutes sur 20 minutes pour l’itinéraire Bastille – Trocadéro (rive droite). Dans les faits, l’observation des chefs d’entreprises parisiens révèle une augmentation du temps de parcours de 41% sur le tronçon central Pont Neuf – Concorde (rive gauche) et de 53% sur la rive droite.

Dès le lancement de ce projet en 2010, le MEDEF Paris avait alerté les pouvoirs publics sur les risques d’engorgement des voies de circulation Est-Ouest et Ouest-Est de Paris et sur le risque d’impact négatif sur l’activité économique parisienne et francilienne.

Jean-Louis Schilansky, Président du MEDEF Paris, avait alors déclaré : « il ne peut y avoir d’activité économique sans circulation des hommes et des marchandises. Toute limitation même partielle de la circulation automobile sur l’axe Est-Ouest est périlleuse pour le développement économique de Paris, surtout en l’absence de modes de transport alternatifs ».

Le MEDEF Paris s’étonne donc du bilan très positif dressé par la Mairie de Paris qui se fonde exclusivement sur la satisfaction des « Parisiens », des « Franciliens » et des « amoureux de Paris » qui peuvent désormais « se promener » et « s’oxygéner dans un cadre unique et préservé ». Jamais ne sont mentionnés les entrepreneurs et leurs salariés.  

Le MEDEF Paris rappelle avoir demandé et obtenu que, dans le projet de la Mairie de Paris, figure une clause de réversibilité. Jean-Louis Schilansky, Président du MEDEF Paris, demande que « les remontées des chefs d’entreprise et l’impact économique effectif de l’aménagement des voies sur berge figurent désormais dans les bilans de la Mairie de Paris ».

 

Contact presse :

  • MEDEF Paris :

Mathilde Durieux (Responsable Communication) : 01 53 59 19 93 / mdurieux@medefparis.fr