Deux visions, ou modèles technologiques, majeurs s’affrontent actuellement sur la scène numérique mondiale :
– celle portée par les grands groupes technologiques qui veulent imposer leur hégémonie technologique et économique au monde entier en s’affranchissant de leur pays d’appartenance,
– celle portée par certaines grandes nations qui ont construit des modèles en quelque sorte « propriétaires » autour de quelques grands acteurs nationaux plus ou moins contrôlés par l’Etat et voués à servir les desseins politiques et économiques de ces derniers.

Entre ces deux modèles, l’Europe n’est pour l’instant pas parvenue à se faire sa propre doctrine et les pays en développement s’interrogent, l’alternative qui leur est proposée actuellement ne garantissant ni souveraineté, ni indépendance, ni prospérité technologique.

Structuration des ecosystèmes
Globalement, même si certains sont plus avancés que d’autres, tous les écosystèmes d’innovation sont structurés peu ou prou de la même façon dans le monde entier : agences d’innovation publiques, universités, centre de recherche, incubateurs, accélérateurs, clusters, investisseurs, start-up… nous retrouvons les mêmes typologies d’acteurs dans chaque écosystème, avec certes quelques variantes au niveau de leur positionnement, de leurs missions et de leurs modèles économiques en fonction des stratégies numériques des pays concernés, mais dans l’ensemble avec les mêmes objectifs et les mêmes modes de fonctionnement. 
Il n’y a en fait à l’heure actuelle que très peu de « disruption » dans ces écosystèmes et dans les modèles qu’ils appliquent même si nous pouvons quand même distinguer 4 grandes typologies d’écosystèmes dans le monde au regard de leur niveau de maturité et des visions et/ou des stratégies numériques qui les structurent : 

  • Ecosystèmes leaders : Israël, Singapour, États-Unis, Estonie

ces quatre pays ont sans aucun doute construit les écosystèmes les plus performants et sont les seuls à posséder une vision et une stratégie claires à 20 ans pour le numérique.

  • Ecosystèmes matures : Japon, Corée du Sud, Finlande, Suède, Chine, Canada, Allemagne, Royaume-Uni, France

ces neuf pays font partie des pays les plus innovants au monde en termes de créations de start-up et d’investissements dans la R&D mais ne possèdent pas vraiment de vision et de stratégie numérique à long terme.

  • Ecosystèmes en développement : Lituanie, Jordanie, Mexique, Afrique du Sud, Hong Kong, Maroc

ces six pays qui ont beaucoup investi dans la structuration de leur écosystème ces cinq dernières années rentrent aujourd’hui dans une phase de développement très dynamique.

  • Ecosystèmes émergents : Philippines, Argentine, Colombie, Kenya 

ces quatre pays, qui sont en train d’émerger sur la scène Tech internationale, sont en pleine phase de structuration de leur écosystème numérique autour d’approches souvent très disruptives fondées sur l’IoT et l’innovation inversée.