Fermeture de la Voie Pompidou à Paris : le temps de trajet des entreprises a doublé.

image5Les MEDEF du Grand Paris ont interrogé leurs adhérents sur l’impact de la fermeture de la Voie Georges Pompidou, effective depuis l’été 2016 et officialisée par une décision du Conseil de Paris le 26 septembre dernier[1].

Dans leur immense majorité (96%), les répondants confirment l’impact négatif de cette fermeture sur leurs activités (salariés, fournisseurs, clients, famille …).

Sur leur utilisation de la Voie Pompidou avant sa fermeture,

  • près d’un répondant sur deux (45%) indique qu’il l’empruntait deux à trois fois par semaine et près d’un sur quatre (24%), qu’il  l’empruntait une ou deux fois par jour,
  • le temps de trajet moyen calculé pour ces répondants était de 25 minutes avant la fermeture de la Voie Pompidou.

Sur leurs déplacements depuis la fermeture de la Voie Pompidou,

  • plus d’un répondant sur deux (59%) indique avoir choisi d’adopter un itinéraire de substitution,
  • plus d’un tiers des répondants (37%) indique avoir choisi de garder le même itinéraire, de patienter et d’y subir l’accroissement du temps de trajet,
  • près de six répondants sur dix (58%) ont vu la durée de leur trajet s’accroître, de 10 à 15 minutes pour 16% d’entre eux, de 15 à 20 minutes pour 17% d’entre eux, de 20 à 25 minutes pour 12% d’entre eux et de 25 à 30 minutes pour 13% d’entre eux,
  • Le temps de trajet moyen après la fermeture de la Voie Pompidou calculé pour ces répondants est désormais de 50 minutes, soit un doublement du temps de trajet.

Sur les alternatives possibles et les possibilités « d’évaporation du trafic », les ¾ des répondants considèrent qu’ils sont obligés de conserver l’usage d’une automobile pour leur activité professionnelle, seul 1 répondant sur 4 (26%) indique qu’il pourrait envisager le recours d’abord aux deux-roues puis éventuellement aux transports en commun et au co-voiturage.

Pour Jean-Louis Schilansky, Président du MEDEF Paris et porte-parole du MEDEF Grand Paris « cette enquête est le témoignage concret des difficultés que rencontrent les Parisiens et les habitants du Grand Paris depuis la fermeture de la Voie Pompidou. La réversibilité de cette mesure est plus que jamais à l’ordre du jour ».

[1] Enquête effectuée auprès des membres du MEDEF Grand Paris, du 20 octobre au 2 novembre 2016.